La Chine en livres (1/2) : Shenzhen et Shanghaï Hôtel

En cette semaine de Nouvel an Chinois, je vous propose 2 livres, qui chacun à leur manière dressent un portrait de la Chine aussi vivant que contrasté : la bande dessinée Shenzen, de Guy Delisle, et le roman Shanghaï Hôtel, de Vicky Baum. En rédigeant ce post, arrosé de litres de thé vert, j’ai réalisé combien j’aurais aimé les avoir lus avant de partir là-bas !

Shenzhen, Guy Delisle
Shenzen, Guy DelisleConnaissez-vous Shenzhen ? Nous y sommes brièvement passées en 2009, lors d’un voyage (épique !) entre Shanghai et Hong Kong. Située dans le sud de la Chine, près de Canton, Shenzhen est une de ces villes chinoises qui a grandi trop vite, poussée par une industrialisation à bâtons rompus depuis l’obtention de son statut de « zone économique spéciale » dans les années 80. Soyons claires, cette grise métropole de plus de 10 millions d’habitants n’est pas la plus belle ville de Chine. Mais pour un Palais d’Eté, pour un paysage lunaire du Guangxi, combien de villes comme Shenzhen ? La Chine, c’est aussi beaucoup de grandes villes anonymes, beaucoup de difficultés de compréhension mutuelles entre Chinois et Occidentaux…beaucoup de belles surprises aussi.

C’est tout cela que Guy Delisle, l’un de mes auteurs de bande dessinée fétiche dont nous aurons l’occasion de reparler ici, arrive à retranscrire dans son album Shenzhen. Il y raconte ses 3 mois passés là-bas en tant que directeur d’un studio d’animation. Le livre date de 1997, mais on y retrouve tout ce qui fait le meilleur et le pire de la Chine d’aujourd’hui. A mis chemin entre le carnet de voyage et le rapport d’étonnement, Shenzhen regorge d’anecdotes drôles, touchantes, certes mi-figues mi-raisin, mais surtout plus vraies que nature !

Parce qu’il est impossible de « raconter » une BD, retrouvez quelques extraits savoureux de Shenzen ici, sur le site de Guy Delisle.

Shanghaï Hôtel, Vicki Baum
Shanghaï Hôtel, Vicky BaumShanghaï Hôtel est divisé en deux parties : « Les acteurs », portrait de 9 personnages que rien ne semble réunir : il y a Chang, le coolie né sur une jonque, qui deviendra l’un des hommes les plus puissants de Shanghai, le docteur Emmanuel Rozenhaim, fils d’un libraire juif de Francfort, Kurt Planke, le pianiste adhérant à l’idéologie nazie, Lung Yen, le fumeur d’opium, Ruth Anderson, l’infirmière amoureuse, Jelena Trubova la russe, Yutsing le révolutionnaire…

Tous vont voir leur histoire converger vers Shanghai…Shanghai, qui pourrait être le 10ème personnage de ce livre de Vicky Baum, Shanghai, « Babel frénétique où se heurtent les civilisations, les idéologies, et jusqu’aux différentes strates du temps. (…) Modernité tapageuse et liturgies conçues pour l’éternité, haute vertu et basse crapulerie, plaisirs raffinés et misère sans espoirs (…) » (extrait de la -très bonne- préface de l’éditeur).

Dans la seconde partie de Shanghai Hôtel, baptisé « La ville », les histoires de ces exilés s’entrecroisent. Vicki Baum annonce la couleur dès les premières pages du livre, et l’on comprend que leur destin se nouera entre les murs du Shanghai Hôtel. Nous sommes alors en 1938, et la ville subit le premier bombardement de la guerre Sino-Japonaise.

J’ai adoré ce pavé qu’est Shanghai Hôtel pour différentes raisons. C’est une fresque historique aussi sombre que passionnante. C’est un sublime portrait de la nature humaine. C’est aussi, en filigrane, la meilleure description de Shanghai que j’ai lue à ce jour, où l’on retrouve toute l’ambivalence de cette grande ville au bord de l’eau.

Dimanche soir, c’est Constance qui vous présentera sa sélection « la Chine en livres », avec là encore, une bande dessinée et un roman.

Très bon week-end,

Cl. 

Pratique
Shenzhen, Guy Delisle, aux éditions l’Association
Shanghaï Hôtel, Vicki Baum, aux éditions Phébus

12 commentaires

  1. Merci à vous pour la découverte de cette BD !!

    De mon coté, au passage, je vous recommande les oeuvres de Pearl Buck, américaine ayant vécu en Chine au début du 19ème.

    J'aime

  2. Si vous ne connaissez pas encore Les cygnes sauvages de Jung Chang, c’est l’histoire de 3 générations de femmes en Chine , la grand mère aux pieds bandés, la mère qui traverse la révolution sous Mao et la fille contemporaine. Super bouquin !:)

    J'aime

Laissez nous un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s