Carnet de voyage : les îles Lofoten en été

Je suis tombée amoureuse de la Norvège à l’automne 2014, quelque part entre Oslo et Bergen, puis définitivement lorsque mes yeux sont se sont posés sur le Nærøyfjord. C’est lors de ce voyage je me suis fiancée, et de fait c’était une destination toute trouvée pour mon voyage de noces à l’été 2016 !

Nous avons passé presque 3 semaines au delà du cercle polaire arctique. Pour rejoindre le Cap Nord depuis Bodø, nous avons employé voiture, ferries, Hurtigruten, bus, et fait des kilomètres de randonnées ici et là.

C’est à  la traversée des Iles Lofoten que ce nouveau post Carnet de voyage est consacré. Il retrace nos aventures depuis Å, sur l’île de Moskenesøy, au sud des Lofoten, à Svolvær, sur l’île d’Austvågøy, au nord.

lofoten-roadtrip-1Les Iles Lofoten, 1230 km² pour 24 000 habitants, bordées par le Gulf Stream, sont un petit paradis, aux confins de l’Europe du Nord. La chaîne montagneuse qui domine l’archipel cache nombre de trésors : villages de pêcheurs blottis le long des fjords, eaux turquoises, plages de sable blanc, morue séchée, soleil de minuit,randonnées à couper le souffle, et gaufres à la confiture.

carnet-de-voyage-iles-lofotenJ’ai intégré en bas de ce post toutes les informations pratiques pour préparer un voyage dans les Iles Lofoten : transport, hébergement, restauration, sport, budget, climat.

Moskenesøy

Hérissée de hautes montagnes noires, Moskenesøy peut sembler inhospitalière lorsque l’on s’en approche en ferry. La plus méridionale des Iles Lofoten, est pourtant la plus coquette d’entre elles !

lofoten-moskenesoy-6Il n’y a qu’à visiter le charmant village de Å (prononcer « o ») pour en être convaincu : ici, le temps semble s’être arrêté, et les jolies maisons de bois du village se visitent comme un musée.

Le Tørrfiskmuseum, ou musée de la morue séchée est à faire absolument : l’histoire de la morue est indissociable de celle des Iles Lofoten, dont chaque coin de terre abrite un odorant séchoirs à morues.

lofoten-moskenesoy-1Une visite à la Bakeriet, boulangerie du village, est à faire également : vous y trouverez, tous juste sortis du four, les meilleurs roulés à la cannelle de Norvège, et une profusion de délicieux petits pains.

lofoten-moskenesoy-3lofoten-moskenesoy-2Un peu plus au nord, la ville de Reine abrite quant à elle de charmants rorbuer (cabanes de pêcheurs) de bois rouge ou jaune…De Reine il est possible de louer un kayak, ou de démarrer de belles randonnées.

lofoten-moskenesoy-10L’ascension du Reinebringen est particulièrement impressionnante. Si la montagne ne culmine qu’à 448 m, la montée (glissante et accidentée) relève presque de l’escalade. La vue depuis le sommet est à couper le souffle. Pour des raisons environnementales, cette randonnée est actuellement réaménagée par une équipe de sherpas du Népal, et les avancées du projet sont à surveiller ici.

lofoten-moskenesoy-9Pour passer la nuit, j’ai eu un gigantesque coup de coeur pour les rorbuer sur pilotis de Sakrisøy, et leurs authentiques maisons de pêcheurs jaune d’or, en rondins de bois, aménagées avec goût, et avec, pour certaines, un lit en mezzanine comme les tous premiers rorbuer.

lofoten-moskenesoy-12lofoten-moskenesoy-7

lofoten-moskenesoy-8Pour manger un bout, je recommande les délicieux fish burgers de Anitas Sjømat !

lofoten-moskenesoy-5lofoten-moskenesoy-4Et pour un dîner « romantique », une table au Krambua sur le port de Hamnøy.

lofoten-moskenesoy-11lofoten-moskenesoy-13Flakstadøy

Ce qui surprend en arrivant sur l’île de Flakstadøy, c’est la verdure ! Comparée à sa voisine de Moskenesøy, l’île comprend de nombreux pâturages, et il est fréquent de croiser de paisibles troupeaux de moutons le long de la route.

lofoten-flakstadoy-1

Et puis, les habitations sont plus éparses, les paysages plus sauvages.

lofoten-flakstadoy-15Le trésor de Flakstadøy, c’est sa plage de sable blanc, aux lagons turquoises, à Ramberg. Superbe, et très facilement accessible.

lofoten-flakstadoy-11

L’île renferme une autre très belle plage, celle de Kvalvika (littéralement, « le plage de la baleine »), mais celle-ci est réservée aux courageux qui seront prêts à faire la randonnée jusque là !

lofoten-flakstadoy-9

Sur Flakstadøy, il est également possible de faire une superbe randonnée le long de la côte entre Nesland et Nusfjord. C’est une longue marche, mais les paysages sont changeants et superbes.

lofoten-flakstadoy-2lofoten-flakstadoy-3

Nusfjord est également accessible par la route, et est un authentique village de pêcheurs, qui se visite comme un musée.

lofoten-flakstadoy-4lofoten-flakstadoy-17Enfin, Flakstadøy cache 2 pépites si vous souhaitez faire des courses pour rapporter de vrais souvenirs des Lofoten. D’abord le Flakstad Husflidslagpetite coopérative de laine de Ramberg, qui revend les création tricotées par les femmes du village pendant l’hiver : moufles bariolées, bonnets en grosse laine, pull-overs de Noël…On y trouve aussi des pelotes de la très belle marque Lofoten Wool.

lofoten-flakstadoy-18

Puis l’Office du tourisme de Ramberg, où l’on peut se procurer de jolies cartes postales, affiches et autres sacs de toile designés sur place et avec goût par Lyng, un trio américano-norvégien. Coup de cœur !

lofoten-vestvagoy-2

Nous avons séjourné à Fredvang, au Lydersen Rorbu og Sjøhus, un ensemble de petits studios de pêcheurs dans un bâtiment style entrepôt, où, comme souvent aux Iles Lofoten, le temps semble s’être arrêté: table en Formica, vaisselle fleurie, tabourets en skye…Tout ou presque est resté identique depuis des décennies dans ces petits appartements face au port, et je suis tombée sous le charme !

lofoten-flakstadoy-7lofoten-flakstadoy-13Les environs de Fredvang sont sublimes à explorer également ! De belles promenades ou l’on trouve dans la mousse les squelettes pastel de petits oursins jetés ici et les par les mouettes.lofoten-flakstadoy-5lofoten-flakstadoy-6Sur la route vers Vestvagøy, il faut faire escale à Vikten, pour visiter le Glasshytta, la maison-atelier d’un souffleur de verre, aux grandes baies vitrées sur la mer.

lofoten-flakstadoy-19

Une gaufre à la confiture vous attendra toujours ici à la mini-cafétéria, ou bien en face au Ceramik Café !

lofoten-flakstadoy-20

Vestvagøy

Vestvagøy est vaste, et comprend de larges plaines : c’est l’occasion d’un bref retour à la civilisation pour ceux qui le souhaitent, avec un passage dans la ville de Leknes. Pour les autres, les amoureux de la nature et des embruns salés…rendez-vous sur la plage de Ukttaliev d’un blanc éclatant, posée aux pieds des vertes montagnes.

lofoten-vestvagoy-6Nous sommes aussi passés par Gravdal jeter un oeil à  la grande église de bois rouge de Buksnes, érigée en 1905 dans le plus pur style Viking.

lofoten-vestvagoy-10lofoten-vestvagoy-11

Vestvagøy propose bien sûr son lot de superbes randonnées, où l’on monte toujours plus haut pour mieux embrasser du regard les fjords environnants et compter les lagons turquoise au loin.

lofoten-vestvagoy-5lofoten-vestvagoy-4lofoten-vestvagoy-3

Nous avons séjourné à Stamsund, dans une petite baie à l’écart du port principal.

lofoten-stamsund-1

L’Auberge de jeunesse de Stamsund, posée sur un ponton de bois est une merveille à elle toute seule, avec son mobilier tout droit sorti des années 50 (je suis amoureuse de ces chaises !), ses murs gris-bleus, sa petite barque et ses lignes de pêche, son fourneau en fonte et son ambiance de bout du monde.

lofoten-vestvagoy-8lofoten-vestvagoy-7lofoten-vestvagoy-9

Austvagøy

À Austvagøy se trouve celle que les Norvégiens appellent « la Venise des Lofoten ». Heningsvær est un curieux mélange : c’est un vrai village de pêcheurs, et une plaisante marina. C’est le bout du monde et un petit paradis bobo (vus à Heningsvær : une boutique de torréfaction et un fixie). C’est une péninsule battue par les vents mais avec un musée d’art moderne.

lofoten-austvagoy-19J’y ai aimé le Lysstøperi og Cafe, un salon de thé qui sert de copieuses pâtisseries locales et vend des bougies artisanales.

lofoten-austvagoy-12lofoten-austvagoy-18J’y ai adoré les Giæver Rorbuer, grand hangar de fumage de poisson où l’on peut louer une chambre à prix imbattable, profiter d’un canapé 100% seventies, et parler de surf sur les plages enneigées avec le patron.

lofoten-austvagoy-17Magique aussi était la randonnée avec vue sur Heningsvær et son archipel, terminée au soleil de minuit. Ça grimpe, mais la récompense est au rendez-vous au sommet !

lofoten-austvagoy-16Entre Heningsvær et Svolvær, le petit village de Kabelvåg mérite lui aussi une visite.

lofoten-austvagoy-15Très coquet, avec son kiosque à musique, sa petite place sur le port et ses bateaux, il est également un brin hippie : on y trouve des cabines téléphoniques converties en librairies, des boulangeries bio, des boutiques de « green gifts« , et des artistes qui peignent sur les routes avec des pinceaux multicolores.

lofoten-austvagoy-13lofoten-austvagoy-14Après Svolvær, notre voyage s’est poursuivi vers les îles Vesteralen, Andøya, Tromsø, puis le Cap Nord. Mais cela fera l’objet d’un autre récit…

Je referme ce Carnet de voyage avec l’espoir de vous avoir donné une furieuse envie de visiter ce petit coin de bout du monde, et cette chanson de Vincent Delerm qui me trotte dans la tête.

Cl. 

Pratique 

Les Iles Lofoten, mode d’emploi

Transports : les îles des Lofoten sont reliées entre elles par des ponts ou des tunnels. Les distances sont minuscules, et tout est accessible en voiture (via la route E10). Néanmoins, entre les limitations de vitesse très strictes, les routes qui suivent le tracé des montagnes et du littoral mangé par les fjords, et les nombreuses (très nombreuses) pauses photo le long de la route…on ne progresse pas vite. Les routes sont peu nombreuses, et une carte routière détaillée peut tout à faire suffire pour se déplacer (le GPS est superflu).

Itinéraire : nous avons passé entre 2 et 3 jours par île, pour essayer de saisir l’ambiance et la « personnalité » de chacune de ces perles éparpillées le long du Vestfjord.

Hébergement : L’hébergement se fait en rorbu (cabane de pêcheur sur pilotis), en sjøhus (baraque de pêcheur), en auberge de jeunesse, ou en camping / camping sauvage (autorisé partout). J’ai classé cela du plus (très) cher au moins cher (gratuit), l’idéal étant de panacher entre ces différentes alternatives. L’authenticité sera toujours au rendez-vous !

Restauration : là encore, il faut panacher entre bons restaurants de poisson frais, courses au supermarché, repas sur le pouce dans les petits comptoirs des stations service, et immanquables de la gastronomie des Lofoten : les roulés à la cannelle, les gaufres maison, en forme de coeur et fourrées à la confiture (proposées partout), la morue séchée (à goûter), le fish burger.

Tourisme : les Iles Lofoten conviennent à tous les âges, et nous avons été surpris de constater que les touristes que nous croisions étaient soit des personnes plutôt âgées, en voyage organisé tout confort, soit des personnes plutôt jeunes, attirées par les nombreuses randonnées et autres perpectives sportives des îles (si c’est votre cas, je ne peux que recommander de partir avec une vraie carte de randonnée (nous avons trouvé les nôtres à la Librairie Voyageur du Monde) et ce guide de Kristin Folsland Olsen, le meilleur pour ce qui est de la randonnée en Norvège : beau, pratique, détaillé).

Porte monnaie : le niveau de vie du pays est très élevé, et il faut bien préparer son voyage en gardant en tête que tout ici est bien plus cher qu’en France : la location d’une voiture, l’hébergement, les courses, la restauration, l’essence, le ferry, le bus.

Climat : les Lofoten sont baignées par le Gulf Stream, et le climat en hiver y est plus clément qu’à Oslo ! Néanmoins, le temps change à une vitesse impressionnante, et les caprices de la météo sont inombrables…Ce voyage a eu lieu au mois de juin 2016, avec des températures oscillant entre 4° et 15°, soit une dizaine de degrés en dessous des moyennes saisonnières. Tout est possible aux Lofoten !

8 commentaires

  1. C’est vraiment beau ! Je suis juste passée au niveau des îles Lofoten avec Hurtigruten et la seule vrai escale que nous avions là-bas, c’était Svolvaer… mais j’ai adoré ! C’est super d’avoir pu rester 3 semaines sur place. En hiver, d’après les photos que j’ai pu voir, ça semble tout autant magnifique ! Bel article, merci !

    J'aime

  2. Très beau reportage qui donne envie de chausser ses chaussures de marche, prendre son sac à dos et de partir à la rencontre de ce chaleureux  » bout du monde »

    J'aime

  3. Bonjour, magnifique voyage… qui donne vraiment envie!! comment fait-on pour avoir vos adresses d’hébergements?
    Merci beaucoup

    J'aime

  4. Bravo pour cet article et merci . Pour l’avion, arrivée à SVOLVAER ? Le plus pratique et le moins cher ? Sites pour louer des rorbu ou sjohus ? MERCI.

    J'aime

Laissez nous un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s