Carnet de voyage : roadtrip entre Colorado et Nouveau-Mexique

Ce nouveau carnet de voyage consacré au road trip de Clara aux Etats-Unis commence là où le dernier post de cette rubrique s’était arrêté : au « Four Corners », qui marque le point où se rencontrent les états de  l’Arizona, de l’Utah, du Nouveau-Mexique et du Colorado.

Vous retrouverez l’itinéraire de ce très beau voyage, ainsi que ses principaux points d’intérêt, sur la carte ci-dessous :

Aujourd’hui, je vais vous parler de la grande étape Nord-Sud, qui nous a permis de passer des sommets enneigés du Colorado aux paysages arides d’El Paso, à la frontière avec le Mexique.

Welcome to colorful Colorado, nous dit le panneau-frontière, et nous filons sur la route.

Nous dépassons Towaoc, et puis Cortez. Les montagnes enneigées succèdent aux paysages de western de l’Utah, et les maisons de bois aux couleurs sobres remplacent les étals colorés des trading posts navajo.

L’air se rafraîchit, et l’on voit, en altitude, de premiers télésièges. Nous faisons halte pour la nuit dans un petit motel au pied des Rocky Mountains, dans l’ancienne ville minière de Durango (site web ici), qui ne manque pas de charme avec ses magasins de bois brun, ocre, bordeaux ou rouille, le long de la Main Avenue, ses vieux hôtels, comme le General Palmer, sa petite gare.

Le temps de dîner à la Steamworks Brewing Co., une brasserie locale super animée (site web ici), et nous filons nous coucher.

Le lendemain matin, nous avalons un bagel tout chaud (nous découvrirons trop tard qu’il contenait des œufs en brique…soupir), et décidons d’ajouter sur un coup de tête la visite du Mesa Verde National Park (site web ici) à notre programme. Petit bijou d’histoire, ce parc classé au patrimoine mondial de l’UNESCO est connu pour ses cliff dwellings, habitations troglodytiques à flanc de falaise des « ancient Pueblos », peuple amérindien qui s’y installa dès l’an 550, et y vécut jusqu’à 1300.

Nous faisons la visite de la Spruce Tree House, accompagnés d’une ranger du parc à qui nous pouvons poser toutes nos questions. Puis nous nous extasions devant le Cliff Palace, depuis la falaise qui lui fait face. J’avais souvent vu des photos de ces étranges habitations, dans des guides, et dans ma tête la question de l’échelle revenait toujours : quelle taille pour ses maisonnettes de terre ? En réalité, c’est très grand, et nous n’avons pas une seconde regretté le détour par ce parc sublime, chargé d’histoire.

L’après-midi même, je devais lire plusieurs pages consacrées à ses habitations dans le très beau roman de Barbara Kingsolver intitulé Animal Dreams. Il fait partie de notre sélection de lectures autour du monde !

Un dernier adieu aux montagnes du Colorado, puis c’est le Nouveau Mexique et la route, de loin notre journée de route la plus longue, en descente vers Albuquerque. Nous avons de gigantesques étendues à traverser. Devant, derrière, à gauche et à droite, des miles et des miles durant, une steppe jaune pâle et grise, mouchetée de végétation basse ça et là, de quelques sites industriels. Je fais la lecture du Guide du Routard, je griffonne dans mon carnet de voyage, je lis la presse locale trouvée dans les stations service.

A l’approche de Santa Fe, l’adobe fait son apparition dans le paysage. Petites maison ou énormes supermarchés Walmart, cette pierre est partout. Nous nous arrêterons pour la nuit au merveilleux Silver Saddle Motel (site web ici), « dans son jus » depuis les années 50, et tenu par une femme adorable, aux portes de Santa Fe.

Le lendemain matin, un vent glacé souffle sur la ville, et nous bravons le froid dès l’aube pour visiter la capitale du Nouveau Mexique.

Santa Fe est un modèle d’architecture pueblo traditionnelle (on dit que la plus vieille maison des Etats-Unis est ici !) avec ses bâtiments d’adobe aux toits plats, sa plaza, ses très vieilles églises catholiques, entourées de bosquets où éclosent icônes de la vierge et chapelets aux perles de plastique coloré, ses plumes de paons dans les endroits les plus improbables.

Les galeries d’art sont nombreuses, autour de Canyon Street. Un des endroits que j’ai aimé visiter à Santa Fe, c’est le légendaire l’hôtel La Fonda (site web ici), construit dans les années 20. Adobe et jolies poutres dehors, patio multicolore dedans. La moindre poignée de porte, le moindre interrupteur est ici une ode à l’artisanat du Nouveau Mexique.

A la sortie de Santa Fe, ous reprenons la voiture, et longeons la mythique route 14, sur les traces du Turquoise Trail (site web ici), qui égrenait autrefois les saloons entre les mines de turquoise et la ville.

Nous faisons halte à Cerillos. Ses allures de villes fantôme lui confèrent un certain charme.

Ici une vielle statue de la vierge, là une guirlande de piments lumineux. A ne pas manquer pour ceux qui veulent acheter quelques turquoises, une visite dans le joyeux bric à brac du Casa Grande Trading Post (page Facebook ici) s’impose.

Sa voisine, plus au Sud, Madrid, offre un contraste saisissant. Les maisons colorées et joyeusement déjantées de cet ancien bastion hippie sont aujourd’hui un peu trop touristiques à mon goût, mais on y trouve quand même de belles pépites.

Nous avalons un morceau sur la route, crudités à la sauce ranch, et sandwichs achetés dans une station service. L’impression de se fondre dans le paysage lorsque je recueille en prime l’avis personnel d’un jeune routier sur les pecan pies que j’achète avec : « You wanna know what I think? I think they are the best pies you can find around here« .

Les immenses prairies d’herbes jaunes se succèdent, nous apercevons les montagnes au loin. Sur une aire de repos, des panneaux Cuidado! mettent en garde contre de terrifiants serpents, alors que dans les toilettes des femmes, on trouve de petits fascicules anglo-hispaniques sur comment sortir du cercle de la prostitution.

Notre prochain arrêt est bien plus au Sud. Dans une ville qui répond au doux nom de Truth or Consequences, vibrant hommage à un show télévisé depuis longtemps oublié.

Nous nous arrêtons pour quelques heures au Riverbend Hot Springs Resort & Spa, une sorte de camping amélioré qui propose de de prélasser dans des sources d’eau chaude pour quelques poignées de dollars. Nous voilà donc immergés dans des bassins thermaux bien chauds, avec pour seule occupation de regarder passer le Rio Grande (Eddy Mitchell, quand tu nous tiens).

Nous passons la nuit dans une petite ferme du côté de Las Cruces, réservée sur Air Bnb. Nous avons un vrai comité d’accueil avec les chevaux, les poules, les chats, et la chèvre. Un merveilleux petit déjeuner nous attendra au réveil, avec petits pains maison, pamplemousses juteux et œufs de la ferme.

Le temps de boucler les sacs et nous reprenons la route. Sur le comptoir de la station service où l’on fait le plein, une myriade de leaflets aux couleurs pastels, avec partitions de Jesus loves me et pamphlets, condamnent le pêché sous toutes ses formes.

Le GPS nous emmène ce matin au White Sands National Monument (site web ici – attention le parc est en bordure d’une zone militaire : on y contrôle les passeports, et le parc peut être fermé au public à n’importe quel moment), un parc naturel étonnant…

Les 700 km² du White Sands National Monument ne sont qu’une gigantesque dune de gypse. Ses fin grains, d’un blanc éclatant, lui donnent des allures lunaires. Lunettes de soleil, crème solaire, et bouteilles d’eau sont de rigueur pour se lancer dans l’exploration de ce paysage (on y loue aussi des luges pour quelques dollars…ce que nous avons fait).

L’ascension d’une crête sur l’Akali Flat Trail permet d’embrasser l’immensité aveuglante de ce paysage étrange et superbe à la fois.

Nous quittons le parc alors que la plupart des familles mexicaines commencent à déballer leurs pique-nique sur les aires réservées à ce effet. Ambiance de vacances. Nous filons faire nos adieux à Las Cruces et au Nouveau Mexique au Andele’s Dog House (site web ici), une institution locale qui a gagné notre cœur dès la première bouchée de tortillas, trempée dans la « sauce spéciale » de la maison que le chef est allé nous chercher en cuisine, avant de nous apporter de délicieux tacos.

Prochaine étape : El Paso, puis le Texas, que nous traverserons d’Ouest en Est. Nous n’attendions rien de spécial de cette partie du voyage, et pourtant elle nous enchantera : la suite bientôt dans un prochain carnet de voyage !

Cl. 

3 commentaires

Laissez nous un petit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.